De l’inutile ?

Mes démarches sculpturales visent à réaliser des recherches d'équilibre et d'harmonie au sein de pièces en tension. La pièce tournée représente dans mon travail la toile blanche du peintre.

La tension qu'apporte le tournage de l'argile à la matière est mon outil de travail principal. L'apprivoisement de cette énergie intrinsèque permet de créer des pièces qui se veulent simples, équilibrées et légères.

La matière argile est évidemment en tant que telle un autre outil de travail. Ce matériau multiple offre des possibilités infinies telle que la gravure, l'impression, la découpe, l'intervention picturale,… qui me permettent d'écrire un scénario, de raconter une histoire.

 

De l’utile…

La main, réceptacle sensoriel de bien-être du potier lorsqu'il travaille la terre, est aussi l'outil permettant l'utilisateur du produit de la création du potier d'amener l'aliment à la bouche. Elle est au centre de la céramique utilitaire.

On comprend donc aisément que le plaisir de la prise en main du résultat de mon travail par l’utilisateur est pour moi essentielle.

Le travail sur l’art de l’objet quotidien est en effet le moteur actuel de mon projet artistique "utilitaire".

Le programme que je m’impose en travaillant l'utilitaire est plus complexe qu'en sculpture, cette complexité que je connaissais comme architecte est motrice de créativité.

On peut dire qu'à travers mes créations utilitaires, je cherche à :

lier la fonctionnalité à un plaisir instinctif de prendre, de toucher, de caresser, de porter à la bouche, de lécher, de regarder, de ranger des objets du quotidien de l’Homme.

Anne Basiaux